Qu'est ce que la Géobiologie ?

 » la Terre n’appartient pas à l’homme, c’est l’homme qui appartient à la Terre  » Tatanka Yotanka

C’est l’étude des lois terrestres qui influent sur toute vie ; Géo = la Terre, Bio = la vie, Logos = la connaissance.

L’impact de la Géobiologie sur notre environnement

Dès que l’Homme est devenu sédentaire, il a constaté et compris que son environnement naturel et géographique avait une influence de par l’existence d’une interrelation entre la Terre et le Ciel qui pouvait favoriser ou impacter son équilibre. Ce sont des connaissances ancestrales que l’homme a utilisé depuis la nuit des temps pour ériger des monuments, construire des sites sacrés et bâtir des villes.

Nos lointains ancêtres avaient des perceptions particulièrement développées pour arriver à positionner des Menhirs sur des endroits bien spécifiques où le taux vibratoire était très élevé. Ces Menhirs étant principalement en granit sont de véritables antennes qui canalisent l’énergie du Ciel et de la Terre créant des lieux de ressourcement énergétique. Ils ont également des pouvoirs de guérison et stimulent certaines perceptions comme notre sixième sens, favorisant notre intuition. On a découvert que ces sites étaient souvent reliés entre eux par des réseaux sacrés décuplant leurs pouvoirs énergétiques.

Dès l’antiquité, certains médecins considéraient déjà l’environnement de leurs patients avec le plus grand soin.
« Celui qui veut se perfectionner dans l’art de guérir considérera comment l’endroit est disposé et s’informera du sous-sol, concurremment avec la constitution des êtres vivants. »

Hippocrate (450 avant J.C – Traité des Airs, des Eaux et des Lieux)

« Un bon médecin se doit non seulement d’examiner le patient mais également son environnement direct et indirect. Bon nombre de maladies, dont les plus difficiles à soigner, sont liées aux perturbations du terrain et de l’habitat. Oublier de considérer ces perturbations est une faute. »

Sun Simiao (581 – 682 après J.C)

Au coeur du secret des grands bâtisseurs

Cette science et ces connaissances vont se perpétuer tout en se perfectionnant durant des siècles et dans le monde entier. Elles permirent à des hommes, ces bâtisseurs d’énergies de pouvoir réaliser des édifices dès plus vibratoire souvent destinés à des lieux de cultes.

Les chapelles, les églises et les cathédrales étaient souvent construites sur des anciens sites sacrés. Les bâtisseurs savaient canaliser et concentrer toutes les énergies en présence, pour que ces lieux bénéficient de toutes ces vertus bienfaisantes favorisant notamment l’épanouissement spirituel.

C’est en appliquant méticuleusement toutes ces pratiques ancestrales qu’ils ont fait de leurs ouvrages, des lieux d’exception qui défient les lois architecturales et si étrangement, aussi résistant aux usures du temps.

Cet héritage ancestral est la preuve incontestable de tous les bienfaits qu’apporte cette science et de son intemporalité.

Dès lors, en Occident ces connaissances vont quelque peu se perdre pendant plusieurs siècles et c’est au début du vingtième siècle que les premiers constats scientifiques ont démontrés les effets pathogènes pour le vivant de certains phénomènes naturels en les identifiant plus précisément.

Mais on était bien loin d’imaginer ce qui allait être découvert sur l’incidence énergétique de ces phénomènes sur notre équilibre et dans quelle proportion ils peuvent le stimuler ou l’impacter.

Mise en contact Frédéric Fontaine